La nouvelle saison 2017 de l’AMAP redémarre

Posted by on Mai 5, 2017 | 0 comments

Après deux mois d’hibernation, l’ AMAP se réveille…Mais les, maraîchers Isabelle et Alain, ainsi que Toumi, Louis et Anthony (les salariés) n’ont pas connu ce calme… témoins, ces fleurs des fraisiers plantés il y a quelques temps ! Le début du printemps, avec ses températures plutôt chaudes, a permis à l’ensemble de l’équipe de commencer l’installation des cultures de printemps dans de bonnes conditions. C’est ainsi qu’ont été installé depuis février, les fèves, les choux, les salades, les semis de carottes, navets, épinard, radis .., oignons, pomme de terre et 150 nouveaux plants de framboisiers.

Malheureusement comme rien n’est complétement linéaire avec la météo, l’hiver que l’on croyait derrière nous s’est rappelé à notre souvenir avec ces nombreuses gelées matinales ces 8 derniers jours et son vent du Nord dominant. Les premières tomates installées en serre n’ont pas résisté aux basses températures et de nombreux plants ont gelé. Espérons que la météo s’améliore, que les amplitudes de température sur une même journée se réduisent, pour que nos légumes puissent se développer dans de bonnes conditions et venir progressivement enrichir nos paniers.

Pour rappel, Isabelle et Alain vous accueillent un samedi par mois (voir calendrier) ainsi que tous les mercredis matins de 9h à 12h pour découvrir et vivre une matinée de maraicher.

Chez Laurence, la chevrière , après un gros travail cet hiver avec la confection d’un bassin, d’un abri pour le bouc et une meilleur accessibilité du champ à chèvres, les mises bas se sont bien passées. De début mars à mi ‐ avril, plus de 95 chevreaux et chevrettes sont nés. Un gros effort a été fait en deux jours et demi ou 60 naissances ce sont produites !! Il semble que seules deux chèvres soient décédées lors de ces mises bas. Laurence ne va garder que très peu de chevrettes cette année, et elle a réussi à en vendre le reste.

Aujourd’hui, la chevrière traie 140 litres par jour afin de produire nos fromages. Elle y passe énormément de temps car elle ne peut faire passer les chèvres que par huit en zone de traite. Les fromages sont vendus depuis début avril, ils seront donc parfaits pour cette première livraison.

Le boulanger Mickaël annonce pour la saison à venir que les pains surprise ne contiendront plus de figues car, devant nécessairement être bio et d’origine France, elles sont chères. Mais il y aura plus de pains aux noix qui proviendront d’un producteur du Lot. Par ailleurs, les brioches contiendront moins de graisse (beurre). Mickaël prévoit une journée portes ouvertes (pédagogie, musique, apéritif) en son atelier de Réau, qui se tiendra très probablement le samedi 17 juin

A retenir, les dates suivantes :

Le festival «Printemps sur Seine » aura lieu cette année le samedi 13 mai, sur le parking (vidé de ses voitures) de la place Praslin.

L’AMAP y bénéficiera d’un stand, de 10 à 19 heures. Les volontaires pour assurer une permanence (par tranches de deux heures de durée) sont très bienvenus. Le festival sera précédé d’une soirée inaugurale le mardi 9 mai au cinéma «Les Variétés», organisée par la Direction du «Développement Durable» de la municipalité : il est prévu à 19 heures un apéro dégustation au cours duquel les producteurs de l’AMAP seront présentés, puis, à 20 heures, la projection du film «Qu’est ce qu’on attend ?» (entrée à 5 et 5,5 euros) suivie d’un débat avec la réalisatrice.

qu-est-ce-qu-on-attendQui croirait que la championne internationale des villes en transition est une petite commune française ? C’est pourtant Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition, qui le dit. Qu’est -ce qu’on attend ? raconte comment une petite ville d’Alsace de 2 200 habitants s’est lancée dans la démarche de transition vers l’après-pétrole en décidant de réduire son empreinte écologique.
( Site « Allocine.fr »)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *